Les conférences sur youtube

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », Séminaire sur "Les relations extérieures de la Russie : permanence et dynamiques des enjeux en matière d’espaces", 10 février 2022

Cette 6ème édition du Séminaire annuel organisé avec l’Observatoire franco-russe (centre d’analyse de la Chambre de commerce France-Russie) a traité des problématiques liées à la politique extérieure de la Russie sous l'angle des espaces. Tandis que l'Europe orientale, le Caucase et l'Asie centrale continuent d'accaparer toute l'attention stratégique de Moscou, l'Arctique, la Méditerranée et la mer Noire ont fait l'objet d'un réinvestissement de la part de la Russie qui, s'il s'inscrit dans les permanences de la géopolitique russe, emprunte cependant de nouvelles formes.  Le Kremlin a parallèlement témoigné d'un intérêt toujours aussi vif pour l'extra-atmosphérique face à l'émergence de nouveaux compétiteurs. Enfin, les espaces immatériels de l'information et du numérique ont constitué des axes prioritaires pour la Russie selon une logique de souveraineté et d'arsenalisation, sur fond de confrontation avec la communauté euro-atlantique


Programme : 
 
Première table ronde : Nouveaux enjeux régionaux
modérateur : Arnaud Dubien, directeur de l'Observatoire franco-russe
- Jean de Gliniasty, directeur de recherche à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) :  "L'espace de sécurité euro-atlantique et l'Ukraine : que veut la Russie ?"
- Jocelyn Guitton, Coordinateur des relations UE-OSCE, Service européen pour l’action extérieure (SEAE) de l'Union européenne, "La Russie et l'espace européen"
- Igor Delanoë, Directeur-adjoint de l'Observatoire franco-russe, Chercheur associé au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), Université Côte d'Azur : "L'espace méditerranéen dans la politique de puissance de la Russie"
- Magali Lehardy, Maître de conférences HDR, Laboratoire de droit international et européen, Université Côte d'Azur :  "La Russie et le contrôle de la navigation dans l'espace arctique" 
- Joseph Martinetti, Maître de conférences, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), Université Côte d'Azur : " Une projection littorale russe sur les rivages de la mer Noire; ses mythes et ses réalités"

Seconde table ronde : Réinvestissements juridiques, numériques et spatiaux
modérateur : Jean-Christophe Martin, professeur à Université Côte d'Azur, directeur de l'Institut de la paix et du développement (IdPD)
 
- Isabelle Sourbès-Verger, Directrice de recherche au CNRS, Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN) : "L'espace extra-atmosphérique, lieu d'affichage de la puissance russe ?"
- Julien Nocetti (Enseignant-chercheur en relations internationales et études stratégiques à l'Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan, Chercheur associé à l'Institut français des relations internationales (Ifri), Centre Russie/NEI : "La place de la Russie dans la compétition technologique internationale"
- Julien Ancelin, Maître de conférences, Laboratoire de droit international et européen, Université Côte d'Azur : "La Russie pratique-t-elle le lawfare ?"


 Vidéo du séminaire : https://www.youtube.com/watch?v=pUkqemKcKuk

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence "Un an après la sortie définitive du Royaume-Uni de l'UE, quel bilan ?" 24 janvier 2022

Conférence "Un an après la sortie définitive du Royaume-uni de l'UE, quel bilan ?"
Le professeur Aurélien Antoine est agrégé des Facultés de Droit, Professeur à la Faculté de Droit de l’Université Jean-Monnet. La majorité de ses recherches porte sur le droit comparé et le droit public britannique, analysé à partir des méthodes du droit politique.
Aurélien Antoine est le directeur de l’Observatoire du Brexit, qui a pour objet de suivre, d’expliquer et de commenter le processus de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les analyses portent sur le droit, l’histoire, l’économie et la science politique. 
L’Observatoire du Brexit est partenaire du Club des Juristes qui accueille un onglet dédié aux relations post-Brexit entre l’UE et le Royaume-Uni, codirigé par le Pr Aurélien Antoine.

Depuis le 1er janvier 2021, l'accord conclu entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur les conditions du Brexit est en vigueur. S'il répond à bon nombre de questions, cet accord n'est pas pour autant exhaustif sur des questions de fond pourtant primordiales. Le Brexit est donc loin d'être fini.
Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=SxPJFIcqlpQ

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », colloque sur « La lutte contre la traite des êtres humains, regards croisés d’acteurs-clés sur les enjeux contemporains de leur action  : CNCDH, UNDOC, Conseil de l'Europe, Ordre de Malte» organisée avec le soutien de la Ville de Nice (Comité Doyen Jean Lépine)

Colloque « La lutte contre la traite des êtres humains : regards croisés d’acteurs-clés sur les enjeux contemporains de leur action », Jeudi 18 novembre 2021 – 9h30 > 12h30

Modération : Jean-Christophe MARTIN, Professeur à Université Côte d’Azur, directeur de l’Institut de la Paix et du Développement

Communications :
Morgane NICOT, Cheffe d’équipe à la Section de la traite des êtres humains et du trafic de migrants à l’ONUDC (Organisation des Nations Unies contre la drogue et le crime)

Cécile RIOU-BATISTA, Secrétaire générale adjointe de la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH)

Nicolas Le COZ, Lieutenant-Colonel de la Gendarmerie nationale, chef-adjoint de la Section centrale de coopération opérationnelle de police (SCCOPOL) et ancien président du Groupe d'experts du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA)

Discutant : Daniel VENTURA, Maître de conférences à Université Côte d’Azur, responsable de la Clinique juridique AJIRE 2020-21 et 2021-22

Conclusion : Michel VEUTHEY, Ambassadeur de l’Ordre de Malte pour la lutte contre la traite des êtres humains

Video de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=VSmskbDb4SQ

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence d'Igor Delanoë, directeur adjoint de l'Observatoire franco-russe, La fracture Russie-Occident à la lumière de la dernière stratégie de sécurité nationale de la fédération de Russie

Igor Delanoë, expert en questions de sécurité et défense russe et de géopolitique de la Russie, décrypte la nouvelle stratégie de sécurité nationale publiée en juillet 2021. Ce texte, qui a été qualifié par certains commentateurs de "manifeste pour une nouvelle époque" (D. Trenin) ou de "charte paranoïaque"(M. Galeotti), affirme que les "pays inamicaux" sont déterminés à affaiblir la Russie dans une stratégie d’"occidentalisation", appelant des réponses tant externes qu'internes, notamment la défense des "valeurs traditionnelles russes", mais aussi la "sécurité informationnelle". S'il ne mentionne plus l’Union européenne - à la différence du texte de 2015 -, le document n'en présente pas moins un intérêt direct pour la compréhension des relations de l'organisation régionale et de ses membres avec la Russie et ses partenaires.

Le président russe Vladimir Poutine a signé le 2 juillet dernier une nouvelle stratégie de sécurité nationale qui se substitue à celle qui était en vigueur depuis 2015. 
Alors que le document publié après la crise ukrainienne de 2014 envisageait comme encore possible le rétablissement d’une relation constructive avec les États-Unis et leurs alliés, le nouveau texte affirme que les "forces destructrices" à l’étranger tenteront d’exploiter les difficultés internes russes pour soutenir des "activités terroristes et extrémistes". Face à ces stratégies d'occidentalisation, le texte insiste sur la défense des "valeurs traditionnelles russes". Cette stratégie, comporte en effet une forte dimension intérieure, la garantie d’une "vie de qualité" pour la population russe constituant un objectif stratégique en soi. 

Igor Delanoë, diplômé de l'IdPD (Master 2 SIDIE), docteur en histoire, ancien enseignant-chercheur à  Harvard University et à l'Université de Paris I et Saint Petersbourg, est le directeur-adjoint de l'Observatoire franco-russe. Ce think tank a pour vocation de produire une expertise approfondie sur la Russie, publiant notamment un Rapport annuel sur l’état de la Russie, ouvrage de référence réunissant chaque année les contributions d'une cinquantaine d'experts français et russes, et produisant de nombreuses notes d’analyse. Il est également chercheur associé au LADIE et membre de l'Observatoire de la Méditerranée et du Moyen Orient (OS2MO), réunissant l'IdPD, Sc.Po Aix, Université Aix Marseille, l'Université de Toulon et la Fondation méditerranéenne pour les études stratégiques (FMES).
Video de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=gfaL7wnkLAI

Cérémonie de remise du rapport 2021 de la Clinique juridique AJIRE (Analyse Juridique de l'Intégration des Réglementations Européennes ) : "la mise en oeuvre par les Etats membres de la directive de l'Union européenne en matière de lutte contre la traite des personnes" et conférence de Michel Veuthey, ambassadeur de l'Ordre de Malte pour la lutte contre la traite : « Les achats publics, outils de lutte contre la traite. Vers de nouveaux cadres juridiques limitant directement la demande de biens et de services liés à la traite des êtres humains »

Le mandat de la Clinique juridique AJIRE (Analyse Juridique de l'Intégration des Réglementations Européennes ) portait, pour l'année 2021, sur la mise en oeuvre par les Etats membres de la directive de l'Union européenne 2011/36/UE du 5 avril 2011 concernant la prévention de la traite des êtres humains et la lutte contre ce phénomène ainsi que la protection des victimes. Ce mandat avait été confié à la clinique par S.E. Michel Veuthey, Ambassadeur de l'ordre de Malte pour la lutte contre la traite. M. Veuthey a prononcé, à l'issue de la remise de cette cérémonie, une conférence sur « Les achats publics, outils de lutte contre la traite. Vers de nouveaux cadres juridiques limitant directement la demande de biens et de services liés à la traite des êtres humains ».

Les étudiantes de la clinique juridique, Pépita Alemany, Ezgi Aydin et Chloé Kretz, avec la participation de Gaylor Janton, ont travaillé sous la direction de Daniel Ventura, Maître de conférences en droit public, et de Chloé Peyronnet, ATER au LADIE. Elles ont également bénéficié de l’aide de deux doctorants rattachés à l’Institut, Elliot Doucy et Chiara Parisi. 

Video de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=1t1FnBabzJg&t=3s
Conférence de Thomas Lieby, Legal Officer auprès de l'Organisation Internationale du Travail : "OIT, mondialisation et crise du multilatéralisme : perspective systémique, institutionnelle et normative" 

La conférence, prononcée par Thomas Lieby le 22 octobre à 16h30,  porte un éclairage sur la culture juridique de l'OIT, sa Constitution et ses normes internationales du travail et la façon dont elles ont pu façonner la capacité de cette organisation à remplir le mandat qui lui a été donné en 1919, notamment dans le contexte de la mondialisation et de la crise du multilatéralisme.
A travers des aspects choisis des travaux menés au sein de l’OIT, la conférence s’organise autour de trois grands axes : pertinence normative, réforme institutionnelle et cohérence internationale.
Ce faisant, elle propose une réflexion, à travers l’expérience de l’OIT, sur la valeur d'une institution internationale, à la fois comme instrument de coopération internationale et comme facteur d'objectifs et d'actions communs, mais aussi sur les conditions de pérennité d’une telle valeur.

Video de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=zeXumuCtnC4

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence de J.-E. Perrin, Commissaire des armées, Directeur du cours militaire de l’IIDH, Senior Legal Adviser auprès de l’OTAN, "UE/OTAN : quel avenir pour la défense européenne ?"

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », J.-E. PERRIN, Commissaire des armées, Directeur du cours militaire de l’Institut International de Droit Humanitaire (IIDH), Senior Legal Adviser auprès de l’OTAN, a prononcé une conférence sur UE/OTAN : quel avenir pour la défense européenne ?, le 21 octobre, à 14h30 (salle 210)

Par delà la déclaration du président français sur « la mort cérébrale de l’OTAN », l’actualité de la défense européenne est particulièrement riche dans un contexte où le retrait américain d'Afghanistan a sans conteste relancé la réflexion sur l'autonomie stratégique européenne, où la constitution de l’AUKUS Pact éprouve le dialogue stratégique avec les Etats-Unis.
Le sommet sur la défense européenne, qui sera organisé par la présidence française de l'Union européenne au premier semestre de 2022, la récente déclaration de la présidente de la Commission selon laquelle « le moment est venu pour l'Europe de passer à la vitesse supérieure (…), se défendre contre les cyberattaques, agir là où l'OTAN et l'ONU ne sont pas présents et gérer les crises à temps » ou les discussions relatives à création d'une force européenne de réaction rapide, permettant à l'UE d'intervenir pour protéger les intérêts européens lorsque les Etats-Unis ne veulent pas être impliqués, sont des éléments susceptibles d’enrichir les analyses relatives au partenariat OTAN-UE au regard des défis de sécurité actuels. Ces analyses ne peuvent en outre faire l’économie des évolutions et tensions internes à l’OTAN. En effet, si le Secrétaire général affirme de longue date que le développement d’une défense européenne serait néfaste pour l’Alliance atlantique et l’unité des Européens, le propos semble être nuancé par la récente déclaration du Secrétaire général délégué, selon lequel un renforcement de l’Union européenne dans le domaine de la défense pourrait renforcer l’Alliance, mais ne permettrait pas de la remplacer.

Video de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=zeXumuCtnC4

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence d'Alan Hervé, professeur à l'IEP de Rennes, Chaire Jean Monnet, "La politique commerciale commune à l'heure des crises", 24 septembre 2021

Alan Hervé est professeur à Institut d'études politiques de Rennes, responsable du master Europe et affaires mondiales et de la Chaire européenne Jean Monnet. Spécialiste de droit de l'Union européenne et de droit international économique, ses travaux portent particulièrement sur le droit des relations extérieures de l'Union, la politique commerciale de l'Union européenne, la gouvernance économique de la zone euro.

Le monde de l'après Covid-19 est déjà là en matière de commerce international.
Poursuite de l’essor économique de la Chine, affaiblissement continu de l’OMC et du multilatéralisme, guerres commerciales, irruption des considérations sécuritaires, Brexit, crises climatique et pandémique sont autant de chocs qui obligent l’Union à repenser les termes de ses échanges commerciaux avec le reste du monde.  De fait, une pluralité de concepts nouveaux, du level playing field à l'autonomie stratégique semblent amorcer un nouveau cap à cette politique et, semble t-il, une rupture avec des décennies d'ouverture et de libéralisme triomphant. 
Qu'en est-il réellement ? Que traduisent effectivement les concepts et les décisions prises par l'Union ces dernières années, en particulier depuis la pandémie ? 

Video de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=WHPweW-1nNc&t=27s

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence de Nour Hedjazi, Chercheuse à l'Institut français de géopolitique, et de Chloé Peyronnet, ATER à Université Côte d’Azur, "L’Union européenne face à l'internationalisation du conflit libyen. Enjeux, moyens et possibilités d’action", 23 juin 2021

Vidéo de la conférence :  https://youtu.be/xXMtNE1Zv6A

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence de Daniel Ventura, Maître de Conférences à Université Côte d'Azur, "La Bielorussie et l'Union européenne, de la coopération intergouvernementale au "civic empowerment", 8 avril 2021

La relation que l'Union européenne et le régime biélorusse entretiennent depuis 2016, dans le cadre du « Partenariat oriental », a connu un coup d'arrêt brutal à la suite des évènements dramatiques qui ont entouré l'élection présidentielle du 9 août 2020. Ces évènements autorisent à adopter un regard critique sur cinq années de coopération marquées par une approche fortement différenciée, une conditionnalité souple et une posture générale de confiance assumée envers le régime biélorusse. En choisissant au contraire de resserrer ses liens avec la société civile, L'Union assume désormais, depuis l'automne 2020, de chercher à développer la « résilience » de la société biélorusse, ce qui illustre un tournant fondamental de sa stratégie de coopération. En sus de classiques mesures restrictives touchant le régime, l'UE entend faire de la société civile le levier d'une transition démocratique et pacifique partant de la base plutôt que du sommet.

Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=7Y9-CSHSNcUi

Conférence de Sandrine Maljean-Dubois, directrice de recherche au CNRS, CERIC, Aix-Marseille Université, " Le droit international de la biodiversité", 16 mars 2021

Directrice de recherche au CNRS, Directrice-Adjointe de l'UMR  Droits international, comparé et européen (DICE), Sandrine Maljean-Dubois enseigne le droit international et européen de l’environnement à la Faculté de droit et de sciences politiques d’Aix Marseille Université.
Elle est spécialisée en droit international de l’environnement, droit des changements climatiques et de la biodiversité, et a publié de nombreux ouvrages et articles sur ces sujets. Elle a été professeure invitée des Universités Senghor d’Alexandrie (Egypte), Laval (Canada), UNICEUB, Brasilia, et de l’université catholique de Louvain. Elle a présenté un cours à l’Académie de droit international de La Haye (Pays-Bas) en  juillet 2019, dont son ouvrage, Droit international de la biodiversité, qui vient de paraître chez Brill/Martinus Nijhoff, constitue une version augmentée. 
Par leur globalité et leur gravité, les menaces pesant sur la biodiversité font naître un pressant besoin de droit international. Les États ont adopté en 1992, sous l’égide des Nations Unies, la Convention sur la diversité biologique. De nombreuses conventions sectorielles et/ou régionales coexistent à ses côtés, ainsi qu’un ensemble de règles coutumières. L’étude du droit international de la biodiversité conduit aussi à dépasser les enjeux de protection ou préservation pour aborder les questions que posent l’utilisation et l’exploitation de la biodiversité. En cela, le droit international de la biodiversité entre en interactions, et parfois en conflit, avec d’autres règles du droit international. 
L’ambition de cet ouvrage n’est pas d’offrir une présentation exhaustive d’une matière abondante mais encore éparse, mais bien plutôt de participer à sa conceptualisation. Le droit international de la biodiversité est aussi un excellent laboratoire pour étudier les évolutions en cours du droit international contemporain, notamment l’institutionnalisation de la coopération, le développement d’un droit dérivé, l’articulation entre les règles coutumières et conventionnelles, les mécanismes de contrôle et d’accompagnement de l’État innovants.

Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=9ZcA15UWi0w&t=14s

Conférence de Marc Reverdin,  Secrétaire général du Forum de Paris sur la Paix, MEAE, Les enjeux de gouvernance mondiale en 2021, 12 mars 2021

Diplomate de carrière depuis 2011, Marc Reverdin s’est spécialisé dans les questions européennes et a occupé un poste de conseiller politique à l’ambassade de France en Italie entre 2014 et 2016. Il a ensuite rejoint Pascal Lamy, envoyé spécial pour l’Exposition universelle, en tant que conseiller diplomatique.
En 2018, il s’implique dans la création du Forum de la Paix de Paris aux côtés de son fondateur Justin Vaïsse. En tant que secrétaire général de cet événement annuel consacré à la gouvernance mondiale et lancé par le président Emmanuel Macron, il dirige une équipe qui reçoit chaque année des dizaines de chefs d’Etat et des milliers de participants du monde entier.
Il est également conseiller diplomatique auprès du Comité France-Territoires du Pacifique du Conseil de coopération économique du Pacifique (PECC), une organisation internationale basée à Singapour qui, comme l’OCDE, promeut le développement des économies de la région Asie-Pacifique et fait régulièrement des recommandations au forum de l’APEC.
Ancien du master SIDIE de l’Institut du Droit de la Paix et du Développement (2007-2008), il est diplômé des universités de Paris 1 Panthéon Sorbonne, Strasbourg, Nice et Reims. Il enseigne les questions internationales et européennes à Sciences Po Strasbourg.

Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=6zES69CIxB0

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence du Professeur Jules Lepoutre, Université de Corse,  "Vente de la citoyenneté : la crise des valeurs de l'UE", 10 mars 2021

Malte, Chypre, la Bulgarie, l'Autriche ont développé des programmes de "citoyenneté par investissement" étroitement surveillés par la Commission. Face à la multiplication de ces "passeports dorés", la présidente von der Leyen a déclaré dans son discours sur l'état de l'Union que "les valeurs européennes ne sont pas à vendre".
Dans le cadre de la Chaire Jean Monnet "Union européenne et gestion des crises", le Professeur Jules Lepoutre, auteur de l'ouvrage Nationalité et souveraineté (Dalloz, 2020), membre de l'équipe de la CJM, analyse les procédures d'infraction à l’encontre de Malte et de Chypre, lancées en octobre dernier par la Commission selon laquelle la vente de la citoyenneté européenne n'est pas compatible avec les valeurs et principes de l'UE. 

Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=VDlSJ9HvFxQ&t=15s

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence de Cécile Riou-Batista, Secrétaire générale adjointe de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme, "L'action de la CNCDH en matière de lutte contre la traite des êtres humains", 22 janvier 2021

La clinique juridique AJIRE (Analyse juridique de l'intégration des règlementations européennes) de la chaire Jean Monnet s'est vue confier pour l'année 2020-2021 un mandat de recherche par S.E. Michel Veuthey, Ambassadeur de l'Ordre de Malte pour la lutte contre la traite des êtres humains. Dans le cadre des travaux de la clinique, Cecile Riou-Batista, Secrétaire générale adjointe de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme (CNCDH), diplômée de Sc.po. et spécialiste de sociologie politique, a prononcé  le 22 janvier 2021 une conférence  sur "L'action de la CNCDH en matière de lutte contre la traite des êtres humains", analysant la transposition et l'application par la France des testes de l'UE relatifs à la lutte contre la traite des êtres humains. 

Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=zAQ6aau4-mo&t=59s

 Conférence de Jean-Emmanuel Perrin, Institut International de Droit Humanitaire, "Les règles opérationnelles d'engagement", 7 décembre 2020

Jean-Emmanuel Perrin , diplômé d'HEC, de Science Po et du Master 2 SIDIE (LADIE), est Commissaire des Armées et Directeur du département militaire de l'Institut international de droit humanitaire, après avoir été Senior Legal Advisor à l'OTAN et Chef de la division action de l'Etat en mer.

Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=mkNaWMjW7uY&t=769s

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence de Stéphane Kolanowski, Représentant du CICR auprès de l'UE, l'OTAN et du Royaume de Belgique, "L'Union européenne et les défis actuels de la gestion des crises humanitaires", 26 novembre 2020
Stéphane Kolanowski, Représentant du CICR auprès de l'UE, l'OTAN et du Royaume de Belgique, auteur de nombreuses publications sur le droit international humanitaire, membre de l'équipe de la CJM, partage ses analyses sur la gestion des crises humanitaires par l'Union européenne, en revenant sur l'histoire de cette politique depuis la crise du Biafra, jusqu'aux crises actuelles pour lesquelles l'UE est devenu le premier donateur d'aide. La contradiction possible entre l'approche politico-diplomatique, les missions dans le cadre de la PSDC, et la défense des principes humanitaires d'impartialité et d'indépendance dans le cadre des actions financées par la DG ECHO est présentée dans le contexte de crises récentes : Syrie, Ukraine, etc., mettant en exergue le défi de la politisation et de l'indépendance de l'action humanitaire de l'UE, ainsi que celui des conséquences des sanctions de l'UE, parfois susceptibles de paralyser l'action humanitaire. Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=IQoA-NepCbk
 Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence de Marianne Dony, professeure à l'Université Libre de Bruxelles, Chaire Jean Monnet, Membre du Conseil d’Etat de Belgique et de l’Académie royale de Belgique, "La CJUE, dernier rempart de l'Etat de droit ? Analyse des affaires Commission c/ Pologne, 16 octobre 2020

Les litiges suscités par les réformes de la Cour suprême polonaise et des juridictions de droit commun, et les décisions rendues à partir de 2019 par la Cour de Justice de l’Union européenne sont analysés par la professeure Marianne Dony (Université Libre de Bruxelles, Chaire Jean Monnet, Membre du Conseil d’Etat de Belgique et de l’Académie royale de Belgique, membre de l'équipe de la chaire Jean Monnet "UE et gestion des crises"), dans le contexte de la crise des valeurs de l'Union et du recours à l'article 7 du Traité sur l'Union européenne.

Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=UgYf7wzqQHM&t=1274s

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence de Philippe Madalon, professeur à l'Université Paris I, "L’individualisme libéral, facteur de crise pour l'Union européenne ?"

Philippe Madalon, Professeur de droit public à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, propose une analyse de la construction juridique de l’Europe sous l’angle de l’individualisme libéral, dans ses dimensions tant politique qu’économique. Sur la base d’une étude approfondie des textes européens ainsi que de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme et de la Cour de justice de l’Union européenne, M. Maddalon émet l’hypothèse que l’individualisme qui caractérise la façon de faire du droit au niveau européen est potentiellement un facteur de crise structurelle pour la construction européenne. En faisant de l’individu la valeur suprême, en matière économique comme en matière de droits de l’homme, le droit européen incite au repli sur soi plus qu’il ne concoure à dessiner les contours d’une communauté politique au niveau européen. 

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence du Professeur Olivier Delas : "l'Union européenne en polycrise"

Le Professeur Olivier Delas, Chaire Jean Monnet à l'Université Laval, professeur invité du Laboratoire de droit international et européen d'Université Côte d'Azur, a prononcé, dans le cadre de la chaire Jean Monnet, le 18 février 2020, une conférence sur "L'UE en polycrise". 

Dans le cadre de la chaire Jean Monnet « UE et gestion des crises », conférence de Gilles de Kerchove, Coordinateur de l'Union européenne pour la lutte contre le terrorisme : "Actualité de la lutte de l'UE contre le terrorisme"

Dans le cadre de la Chaire Jean Monnet et de la rentrée solennelle de l'IdPD, leçon inaugurale de Gilles de Kerchove, Coordinateur de l'Union européenne pour la lutte contre le terrorisme : "Actualité de la lutte de l'UE contre le terrorisme", 14 janvier 2020.
Vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=-ntFgbL4Phk&t=11s