Chaire Jean Monnet

QU'EST-CE QU'UNE CHAIRE JEAN MONNET ?

Les Chaires Jean Monnet sont des postes d'enseignement spécialisés dans les études sur l'intégration européenne. Les titulaires d'une Chaire Jean Monnet enseignent un minimum de 90 heures par année académique, dans le domaine des études d'intégration européenne. Les Chaires sont attribuées à l'Université dont le titulaire dépend et offrent un important soutien à la recherche, l'enseignement, la dissémination des connaissances relatives à l'UE.

LA CHAIRE JEAN MONNET "UNION EUROPÉENNE ET GESTION DES CRISES"

La chaire Jean Monnet attribuée en septembre 2019 par l'Union européenne à la professeure Anne Millet-Devalle porte sur le thème "L'Union européenne et la gestion des crises".
Elle vise à appréhender les crises de diverses natures (juridiques, institutionnelles, sanitaires, humanitaires, financières, sécuritaires...) appelant une réaction de l'Union, qu'elle se produisent à l'extérieur de ses frontières ou en son sein, ou concernent l'Union elle-même, comme le Brexit.

L'appui de l'Union européenne permet à Anne Millet-Devalle et son équipe de conduire jusqu'à la fin de l'année 2023 un programme ambitieux tant en matière d'enseignement, de sensibilisation, diffusion au grand public, que de recherche.

 Le soutien de la Commission européenne à la production de cette publication ne constitue pas une approbation du contenu, qui reflète uniquement le point de vue des auteurs, et la Commission ne peut pas être tenue responsable de toute utilisation qui pourrait être faite des informations qu’elle contient.
 

L'ÉQUIPE SCIENTIFIQUE ET PÉDAGOGIQUE DE LA CHAIRE JEAN MONNET

A Université Côte d'Azur : 

  • Anne Millet-Devalle, Professeure des universités en droit public
  • Julien Ancelin, Maître de conférences 
  • Jean-Christophe Martin, Professeur des universités en droit public
  • Mehdi Mezaguer, Maître de conférences
  • Virginie Oddo, Directrice de la Maison Europe et Territoires (MET) 
  • Chiara Parisi, ATER
  • Nicolas Pigeon, Maître de conférences
  • Daniel Ventura, Maître de conférences


En France, en Europe et au Canada :

  • Isabelle Bosse-Platiere, Professeure des universités en droit public, Université Rennes 1
  • Constance Chevallier-Gouvers,  Maître de conférences HDR, Université Grenoble-Alpes
  • Emmanuel Castellarin, Professeur des universités en droit public, Université de Strasbourg
  • Violetta Cojocaru, Professeure des universités en droit public, Université d'Etat de Moldova
  • Marianne Dony, Professeur ordinaire à temps plein à l’Université Libre de Bruxelles, Chaire Jean Monnet de droit de l’Union européenne, depuis 2009, Membre de l’académie royale de Belgique, classe des lettres et des sciences morales et politiques depuis 2009
  • Geneviève Dufour, Professeure des université en droit public, Université de Sherbrooke
  • Stéphane Kolanowski, Conseiller juridique principal de la Délégation du CICR auprès de l'Union européenne (UE) et de l'OTAN
  • Jules Lepoutre, Professeur à l'Université de Corse
  • Francesco Martucci, Professeur des université en droit public,Université Paris 2
  • Mehdi Mezaguer, Maître de conférences en droit public, Université Côte d'Azur
  • Valérie Michel, Professeure des université en droit public, Aix-Marseille Université
  • Nicolas Pigeon, Maître de conférences en droit public, Université Côte d'Azur
  • Liviu Popescu, Professeur des université en droit public, Université de Bucarest
  • Cecile Rappoport, Professeure  des université en droit public, Université Rennes 1, Membre de l’Institut Universitaire de France 
  • Emmanuelle Saunier Cassia, Professeure des université en droit public, Université Versailles Saint Quentin
  • Antonello Tancredi, Professeur des universités en droit public, Université Milano-Bicocca 
  • Fabien Terpan, Maître de conférences HDR en science politique, Institut d'Etudes Politiques de Grenoble
  • Daniel Ventura, Maître de conférences en droit public, Université Côte d'Azur
Logo CJM UEGC
Logo CJM UEGC

 Le soutien de la Commission européenne à la production de cette publication ne constitue pas une approbation du contenu, qui reflète uniquement le point de vue des auteurs, et la Commission ne peut pas être tenue responsable de toute utilisation qui pourrait être faite des informations qu’elle contient.